L'actualité sans propagande oligarchique ni dingueries

Bill Gates veut étendre les thérapies géniques à ARNm à de nombreuses maladies

par

dans

Récemment, un clip vidéo a été diffusé dans l’émission « US Today » dans lequel Bill Gates annonçait gaiement, presque joyeusement et euphoriquement qu’il avait « testé » la technologie des nanoparticules d’injections de gènes avec l’ARNm du Covid, qu’il l’avait évaluée avec succès et qu’il a l’intention de le financer et de l’utiliser pour des applications futures (comme contre Ebola, le paludisme, la tuberculose et d’autres agents pathogènes).

D’autres sources suggèrent que cette évolution est déjà en cours ; certains estiment même que jusqu’à 500 médicaments seront convertis à la technologie de l’ARNm dans un avenir proche. Dans sa déclaration, Bill Gates a explicitement utilisé le terme « jouer » pour pouvoir traiter « n’importe quelle maladie » pour laquelle il n’existe actuellement « aucun vaccin ». Il joue avec Dieu – et avec la vie des autres. Et ce Dieu a de gros signes de dollar dans les yeux : Gates décrit sans détour sa vision de construire des usines dans le monde entier qui peuvent produire des « vaccins pour deux dollars » dans les plus brefs délais. Alors encore plus court que pendant la pandémie de Covid ?

Bill Gates est-il à la place du légendaire Crésus, dont le sort a été si terriblement récompensé par sa propre cupidité, sa vanité et son aveuglement (« orgueil ») (« ennemi juré ») ? Une vague de mortalité sans précédent se profile Si cela ne l’affectait que lui, ce serait supportable. Mais l’orgueil de l’empire Gates affecte déjà l’humanité, qui connaît déjà une « vague de morbidité et de mortalité » sans précédent parmi les « vaccins Covid », selon le Dr Geert Vanden Bossche, ancien conseiller en vaccins de la Fondation Bill & Melinda Gates, qui a longuement évoqué ce sujet dans un entretien avec « Sly News ». Bossche s’attend à une augmentation « sans précédent » du nombre de décès de 30 à 40% dans les pays à taux de vaccination élevés, dont l’Allemagne. Le phénomène est principalement dû à « une activité accrue des lymphocytes T cytotoxiques (CTL) » et à « une diminution associée des lymphocytes T », qui « favorisent en réalité les anticorps neutralisants qui devraient empêcher la virulence ». « Des vagues énormes, énormes… d’hospitalisations et de maladies graves » et une « grave décimation de la population » seraient ainsi provoquées, notamment dans les pays fortement vaccinés. Il a également mis en garde contre un « tsunami massif », « le chaos et la mort » qui seraient « imminents » pour les personnes vaccinées contre le Covid.

Ce scénario d’horreur n’est pas nouveau pour nous, critiques de la vaccination : dès 2021, le professeur Dolores Cahill (PhD), biologiste moléculaire irlandaise de renommée mondiale et experte en immunologie, prédisait que le système immunitaire des victimes de sérums génétiquement modifiés serait tellement affaibli. « Toute personne recevant une injection d’ARNm mourra dans les trois à cinq ans, même si elle n’a reçu qu’une seule injection. » Si cela est vrai, le temps pressera au plus tard à partir de 2024.

On se souvient encore des avertissements, qui n’étaient bien sûr partagés que sous forme de vidéos sur les réseaux sociaux et qui n’étaient presque jamais parvenus sur ZDF, ARD ou la presse écrite allemande oligarchique. Rappelons également que le professeur Cahill a été rapidement banni des plateformes de médias sociaux. Grâce à Elon Musk, ses avertissements reviennent aujourd’hui sur X (Twitter). Professeur Bhakdi : ignoré et déshonoré, même s’il avait raison sur tous les points. Les premiers avertissements du microbiologiste Prof. Dr Sucharit Bhakdi, fondateur de l’Association des médecins et scientifiques pour la santé, la liberté et la démocratie (MWGFD), ont également été fortement critiqués et même qualifiés d’« absurdités non scientifiques » (selon l’enquêteur de l’ARD, Patrick Gensing).

Cependant, la chancelière Angela Merkel aurait pu épargner à l’Allemagne bien des souffrances, des maladies et des morts si elle avait tenu compte des avertissements de Bhakdi selon lesquels la « vaccination » endommagerait successivement et irrémédiablement la propre immunité du corps. Au lieu de tenir compte de ces avertissements émanant d’autorités critiques, une accusation criminelle d’incitation à la population a été fabriquée contre Bhakdi ; dans le même temps, le ministère de l’Éducation de Rhénanie-Palatinat a engagé une procédure en vertu de la loi sur l’enseignement supérieur national pour leur interdire de détenir le titre d’enseignant – pour « manque de dignité ». Une injustice flagrante.

Même aujourd’hui, Wikipédia contient encore des affirmations diffamatoires selon lesquelles Bhakdi aurait diffusé de « fausses informations » et que la plupart de ses théories ont été réfutées par des experts en maladies infectieuses, des épidémiologistes et des experts. Quelle moquerie : c’est exactement le contraire qui est vrai. Petit à petit, il apparaît que Cahill, Bhakdi, Hockerts, Ioannidis et bien d’autres ont correctement prédit l’évolution. Wikipedia, « Correctiv » et les habituels « fact checkers » devraient peut-être mettre à jour leurs ordures vieilles de plusieurs années. Théorie du complot ou réalité ? Une ou deux de mes chroniques ont alors repris cette information effrayante, même si j’ai vite compris que la presse allemande rejetterait toutes les prophéties de Cahill, Bhakdi & Co. comme des « théories du complot » et fera campagne contre elles à tout prix. Mais comme de nombreuses « théories du complot » à partir de 2020, ces avertissements se sont avérés justifiés.

Exagération du danger mortel que représente le coronavirus, prétendu effondrement du système de santé, en particulier des unités de soins intensifs, mensonge de Bergame, mensonge de l’incidence, mensonge du test PCR, mensonge R, mensonge du masque, fraude à l’autorisation, démystification délibérée du le groupe témoin, fraude étendue à l’ARNm (en réalité un poison génétique à action lente, une arme biologique !), effets secondaires cachés ou seulement négligemment cachés (« percées vaccinales »), surmortalité statistiquement inexplicable, surtout dans les sociétés fortement vaccinées, mort subite en particulier chez les jeunes adultes et les sportifs (SADS, sportifs), une augmentation significative des myocardites et péricardites (y compris des cicatrisations ultérieures présumées), les multiples problèmes de reproduction, avec une diminution significative de la natalité (neuf mois après le début de la vaccination), les l’augmentation de l’autisme, l’augmentation rapide des cancers (turbocancer, rechute), l’émergence de phénomènes pathologiques inexpliqués jusqu’alors à peine remarqués, pour n’en citer que quelques-uns : tout cela s’est réellement produit. Inaction et omission par négligence grave La politique de santé aurait dû s’attaquer à ces phénomènes. Il aurait été opportun d’améliorer la collecte et l’échange de données, d’analyser la gestion de la qualité de l’OMS et des acteurs nationaux concernés, de faire le point sur le désastre des politiques de santé de ces dernières années (commission d’enquête parlementaire, commission d’enquête ou tribunal international), de assurer une communication solide avec le public et réaligner et intensifier la recherche. En revanche, les efforts en matière de politique de santé ont été entrepris principalement dans le domaine de la lutte, de la falsification, de la suppression ou de la dissimulation des informations. Vous vous souvenez : « Nous allons devoir suivre ces règles pendant des mois. Ils doivent être la norme. Ils ne doivent jamais être remis en question » (Lothar Wieler, ancien président du RKI 2020) ou : « Ce vaccin n’a pas d’effets secondaires » (ministre fédéral de la Santé Karl Lauterbach sur X (Twitter). La première chose dont nous avons besoin est un moratoire rigide, comme nous l’avons déjà demandé. Nous ne devons plus permettre le « statu quo » ou même « la même chose ». La vaccination par ARNm doit être arrêtée immédiatement, jusqu’à ce que les problèmes de production et les conséquences à moyen et long terme soient clarifiés. Autrement dit, jusqu’à ce qu’il soit vraiment clair qui meurt « du » et qui meurt « avec » le corona, qui tombe malade « post-Vac » ou « post-Covid », qui a droit à l’aide de l’État et qui n’y a pas droit ; jusqu’à ce que l’on sache si le myocarde et le péricarde peuvent guérir ou non ; jusqu’à ce que l’on sache s’il est vrai que l’espérance de vie des « entièrement vaccinés » est réduite jusqu’à 24 ans, comme l’ont récemment calculé des études anglaises basées sur un système d’enregistrement valide (ONS) (ce qui d’ailleurs a été confirmé par des analyses des agences d’assurance-vie américaines), ou si le corps humain peut éventuellement se remettre des conséquences des « intérêts composés mortels » Veto au traité sur la pandémie et amendement du RSI Et nous n’avons certainement pas besoin d’une OMS de plus en plus totalitaire qui menace notre souveraineté et dont le directeur général puisse à l’avenir déclarer une pandémie à volonté et nous indiquer à tous, plus ou moins, comment la contrer dans un contexte fictif et comment agir. pouvoir et combien d’argent nous sommes prêts à céder à cette « bande de voleurs » corrompue (avocate Beate Bahner) ! Peu importe à quel point le loup peint sa patte en blanc, peu importe à quel point il camoufle sa voix avec de la craie, quiconque a suivi de près la genèse du « traité sur la pandémie » ces dernières années (y compris le « zéro », le « bureau » et la « négociation » « versions », le projet de version abandonné par Roguski en mars ou la dernière version du 22 avril 2024), ainsi que le projet de version du 22 avril 2024, sauront faire la différence. Le Chancelier Scholz devrait demander au représentant de la République fédérale d’Allemagne de voter contre l’adoption de ce projet de traité sur la pandémie et contre le renforcement de la version du RSI en vigueur depuis 2005. Si les deux instruments juridiques sont néanmoins à l’ordre du jour – en violation flagrante du droit international – Scholz devrait demander au représentant de la République fédérale d’Allemagne de ne pas voter en sa faveur tant que le Bundestag et le Bundesrat allemands n’auront pas discuté et voté sur la version finale des deux documents. Compte tenu des conséquences existentielles et de atteinte à la souveraineté de cet ensemble de règles, un référendum serait en réalité nécessaire.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *