Un journal est une œuvre philosophique

La façon de découper les événements implique une vision du monde et, quelque part, tenir un journal qui refuse les fausses catégories imposées par les professionnels de la manipulation au service de l’oligarchie occidentale, autrement dit les media stipendiés ou – comme les appelle Slobodan Despot – « de grands chemins », c’est réaliser une œuvre philosophique.

Si nous ne produisons nous-mêmes ni informations de premier niveau, ni même des synthèses, mais relayons sans exhaustivité des sources qui nous paraissent les plus pertinentes, nous discriminons aussi dans celles-ci1. C’est-à-dire que nous écartons ou bien des sources dites “dissidentes” mais qui nous semblent de piètre qualité ou stupides, ou bien des sources intéressantes mais qui publient dans des media tenus par l’oligarchie, et ce à la fois de manière pratique pour éviter de nous retrouver avec des contenus effacés en cas de censure prévisible à terme, et par principe, nous servant le moins possible des media d’Alphabet (YouTube), Twitter ou Meta (Facebook et Instagram). Nous choisissons aussi des sujets qui nous paraissent les plus importants parmi la quantité indéfinie d’autres événements intéressants que nous pourrions envisager, notamment en Amérique du Sud, Afrique, Moyen-Orient ou en Asie et Océanie, pour les zones géographiques que nous délaissons trop souvent, ou en science pour les thèmes. Le manque de temps, le caractère bénévole et non-professionnel de l’entreprise pourraient suffire à expliquer cela et nous en dédouaner.

Mais choisir c’est aussi appliquer une grille de lecture aux événements qui nous touchent et c’est là que nous devons en rendre compte. Il faut donc justifier à la fois le vocabulaire utilisé et la façon dont nous avons organisé la page d’accueil en cette mi-septembre 2022, donc mettre à jour la vision globale du monde qui est la nôtre, sans être toutefois originale dans la nébuleuse de penseurs et de media qui s’oppose au système qui tente de se mettre en place en Occident.

La page d’accueil

Première ligne : la mise en place du Nouvel Ordre Mondial (en Occident)

La première ligne de trois colonnes se composent de la guerre entre les Etats-Unis d’Amérique (EUA) et à la fois la Russie et l’Europe. Le fait que les EUA aient besoin d’un ennemi pour assurer l’unité du pays et que le complexe militaro-industriel en bénéficie pour vendre des armes, et que la Russie, communiste ou non, vu sa situation géographique pivot dans l’Eurasie et la richesse de son immense territoire, soit l’adversaire de choix, est presque un lieu commun. Cela dit, comme le pense François Asselineau, nous voyons dans cette guerre se déroulant en Ukraine un moyen de maintenir l’Europe non seulement loin de la Russie, son allié politico-économique naturel et historique, mais aussi dans la dépendance néo-coloniale de la part de l’ancienne colonie européenne. D’où le nom de rubrique « guerre EUA-Russie et Europe, en Ukraine »2, plutôt que guerre entre l’OTAN et la Russie, des pays membres de l’OTAN, comme la Turquie d’Erdogan, n’étant assurément pas engagé dans une telle entreprise. Quand nous parlons d’EUA, nous devrons aussi rajouter – mais c’est impossible – EUA tenus par l’Etat profond relayé par les soit-disant et mal nommés Démocrates et les Républicains dits “RINO” mais non pas par le mouvement MAGA de Donald Trump, sinon c’est ne rien comprendre à la politique internationale des EUA entre 2016 et 2020.

Cette guerre s’inscrit aussi dans un schéma orwellien où l’élite occidentale – que nous pouvons appeler avec justesse, comme le faisait l’auteur de 1984, les ingénieurs sociaux du « collectivisme oligarchique » (dont le Forum Economique Mondial de Davos est un des pôles les plus visibles) –, organise une guerre permanente entre plusieurs grands pôles de manière à tenir les peuples sous état d’urgence sans fin.3 Une guerre contre la Chine à Taïwan, des fronts secondaires contre la Russie en Géorgie ou ailleurs, voire une possible Troisième guerre mondiale qui verrait tous les conflits actuels ou larvés se réveiller, pourrait compléter le dispositif, que les dirigeants politiques concernés soient complices d’un complot ou poussés involontairement mais nécessairement dans un engrenage manipulé par l’oligarchie mondiale. Certains appellent ceci la mise en place du Nouvel Ordre Mondial, de l’Agenda 2030, de la république universelle, du Gouvernement mondial : qu’importe le nom exact, l’idée est là.

Or, l’oligarchie mondiale, du moins dans l’Europe et ses anciennes colonies américaines du Nord et du Sud4, essaye d’imposer un système de contrôle social permanent permis par les technologies numériques. Celle-ci n’a rien de nouveau : Platon, Thomas Hobbes, les putschistes français de 1793, les bolchéviques russes, les utilitaristes anglais comme Jeremy Bentham, les membres de la Stasi est-allemande, et tous les autres penseurs ou partis technocratiques de type positivistes ou communistes – qui est un type de positivisme – en rêvaient, la technologie actuelle le permet. La Chine le met en place avec le système de crédit social, depuis 2020.

Nous avons donc séparé les deux autres leviers permettant de contrôler les populations : les conditions matérielles de vie et la bataille des idées ou « contrôle mental ».

Dans le contrôle matériel nous englobons évidemment l’économie dans sa phase actuelle de collectivisation qui passe par la « transition écologique »5, le contrôle technologique (caméras, outils informatiques et téléphones) et les pratiques fiscales et policières oppressives.

Dans le « contrôle mental » nous englobons le travail de sape idéologique des media (catégorie Media), de l’enseignement, de la culture, de la pseudo-science aux ordres dans les universités, les revues ou les laboratoires, l’arnaque pseudo-scientifique du réchauffement climatique de nature anthropique qui sert de prétexte à la « transition écologique », le wokisme, la culture de l’ostracisme et de l’effacement, les théories sur le genre, la promotion politique des pratiques minoritaires sexuelles ou alimentaires, les religions du Nouvel Age, etc. Ainsi que la pseudo-science autour du Covid 19… il est évident que les prétextes sanitaires servant de soubassements concrets à la coercition, il eût aussi pu être mis dans le controle matériel…

Deuxième ligne : par zone géographique

La deuxième ligne est plus évidente. Elle concerne l’Occident et commence de gauche à droite, par l’endroit où se trouve depuis 1945 le pôle décisionnaire, les EUA, puis son vassal l’Europe (Suisse comprise qui se vassalise de plus en plus), et dans celle-ci le pays qui nous est cher : la France.6

La critique pourrait être que des sujets soient redondants entre la première ligne et la deuxième…

Troisième ligne : l’aspect spirituel de tout cela

La troisième ligne est composée de l’éditorial (qui doit être présent à l’arrivée des internautes mais pas forcément sur d’autres pages comme ce le serait en barre latérale) et surtout de la rubrique « spiritualité » que nous avons voulu détacher. En effet, nous pensons que cette mise en place du Nouvel Ordre Mondial, vieux projet d’ingénierie sociale, a un soubassement religieux plus vieux que les théories politiques, mais datant de la Création, avec la rébellion de Lucifer. Que le progrès technologique signifie le progrès de ce projet de défi à Dieu en créant l’Homme-Dieu, le Surhomme technologique, l’Homme réalisant sa Divinité dans un schéma gnostique, etc. que nous soyons dans les temps eschatologiques (comme beaucoup de générations l’ont cru) ou non, nous pensons être pris dans cette Histoire sur le long terme-là. Mais ce niveau de compréhension, bien que devant être logiquement au-dessus de tout, n’est pas totalement nécessaire pour suivre le reste. Ainsi nous la plaçons en-dessous de l’actualité chaude (l’écume du bruit du temps) mais au centre de la page…

Quatrième ligne : RT France

La reprise de RT France via Odysee.com est un acte de rébellion et un pied de nez au diktat de la Gauleiter de l’Empire du Mensonge en Europe, la présidente allemande et corrompue de la Commission européenne.

Barres latérales

Les étiquettes

Elles permettent une navigation transverse dans les contenus qui est assez transparente et ne mérite pas qu’on s’y étende.

Les nouvelles du monde de demain

Cette rubrique s’appelle « Résistance » mais elle aurait pu s’appeler « Royaume de France » (mais ne fâchons pas nos amis républicains), « Sécession » ou « Monde de demain » (ce qui est un peu utopique). Il s’agit ici non pas de suivre l’actualité du monde tel qu’il est mais de faire ici l’actualité souterraine du monde tel qu’il sera.

Cinquième ligne : un peu de respiration

Un peu de culture alternative (à gauche) et d’humour politique (à droite).

Notes

  1. « Ni dingueries, ni propagande républicaine… »
  2. « Guerre » ou « conflit » puisqu’au départ, il s’agissait d’une « opération spéciale » de la part de la Russie qui partait libérer deux provinces sœurs dans le Donbass.
  3. Autocritique : cette rubrique pourrait englober le terrorisme (manipulé à 95% par des agences secrètes pour renforcer le contrôle sécuritaire des populations), les troubles politiques organisés de type « révolutions colorées », les invasions migratoires créées et organisées, l’aide aux séparatismes ou tout éléments visant à créer des guerres civiles. Cette rubrique pourrait donc s’appeler « Chaos organisé ».
  4. Nous laissons tout un chacun penser que les oligarchies russe ou chinoise font partie secrètement d’un grand parti coordonné. Pierre Hillard n’est pas loin de penser cela, comme le faisait George Orwell dans son schéma à trois pôles… Mais l’émergence de l’Inde, du Brésil, de l’Iran, du Pakistan ou des pays du Moyen-Orient, les différents niveaux de conflits (religieux, pour les ressources, etc.) nous parait rendre cette idée très improbable.
  5. Le Grand Bond en Arrière pour la décroissance des populations et la supercroissance de l’élite technologique et bientôt transhumaine, définitivement coupée du 90% du reste de l’humanité à éliminer.
  6. Pour ce dernier, nous aurions aussi pu choisir la francophonie occidentale, en rajoutant les nouvelles et sources venues du Québec, de la Suisse française ou de la Wallonie… mais il faut faire des choix et avons choisi une ligne souverainiste, nationaliste plutôt que langagière sur ce coup-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.