Entretien avec Lucien Cerise sur le conflit Russie / OTAN

[…] Cette guerre de troisième ou quatrième génération brouille la distinction entre les civils et les soldats, et se fait en militarisant la population avec des agents dormants activés en cas de besoin et des assemblages hétéroclites de minorités actives radicalisées. Les réseaux Gladio qui recrutent chez les islamistes et les suprémacistes blancs pour les faire travailler ensemble peuvent être complétés par des activistes issus de la société civile comme les mouvements LGBT et féministes. Le seul moyen de créer de l’unité et un semblant de cohérence dans tout ce bordel consiste à entretenir une figure de l’ennemi commun, de manière toujours un peu caricaturale et manichéenne. Poutine est la cible des cinq minutes de la haine, comme dans 1984. En termes d’ingénierie sociale, dans le triangle de Karpman, la Russie occupe la place du bourreau, l’Ukraine de la victime, et l’Occident atlantiste est le sauveur.

Il était inévitable qu’on en arrive là un jour. Pourquoi ? Parce que le moteur de l’Histoire est la technoscience, qui permet de réduire les distances entre les êtres, aboutissant au mélange de toutes les identités et formes identitaires, ce que la philosophie appelle la postmodernité.

Lucien Cerise

Lire l’article complet sur le site d’Arthur Sapaudia, 9 mars 2022 

GPA (Gestation pour autrui) et trafic humain en Ukraine. Le scandale Biotexcom

Alors que l’Ukraine est sous les bombes, une agence de GPA ose profiter des circonstances pour diffuser une vidéo « publicitaire » : elle consiste à vanter son efficacité à déplacer des dizaines de nouveaux-nés et, littéralement, à les stocker dans un sous-sol.

La Manif pour tous alerte sur ce qui ressemble bel et bien à un scandale : « Cette vidéo atteste hélas de l’ampleur de ce trafic humain international. Elle témoigne de la chosification des enfants, emmenés loin de leur mère dès les instants de leur naissance pour être livrés à des inconnus.

Dans l’urgence de toucher le prix de ces enfants, ces trafiquants ne réalisent même plus la monstruosité de ce qu’il diffuse ! Sur les plateaux TVs, les commanditaires sont reçus avec empathie quand des femmes, exploitées comme mères porteuses parce que très pauvres, dont aucun ne questionne les conditions de (sur)vie, sont retenus à Kiev, sous les bombardements, pour assurer la livraison du bébé commandé et attendu. BIOTEXCOM, agence de GPA ukrainienne réalise une campagne publicitaire scandaleuse attestant de l’ampleur de ce trafic international de bébés. L’aliénation de la femme, le trafic humain de la GPA est inacceptable. La promotion de cette pratique indigne doit être empêchée et interdite. Il est temps de dire STOP. Il est temps de sauver ces femmes exploitées et d’exiger l’abolition universelle de la GPA ! »

Une pétition a été lancée sur www.ukrainiennesendanger.com

Src : Breizh Info, 11 mars 2022

L’Ukraine n’est pas une victime, elle est partie prenante de l’agenda du NOM

L’Ukraine n’est PAS une victime :  Elle a été mouillée jusqu’au cou dans les subterfuges mondiaux (en particulier anti-russes), le vol, les actes d’inhumanité et les crimes de guerre pendant des années. L’Ukraine n’est pas l’amie de la liberté ou des États-Unis. Mais c’est une amie des politiciens et des hommes d’affaires corrompus.

Ce qui se passe réellement en Ukraine n’a rien à voir avec le récit proposé par les grands establishments.

Chuck Baldwin, “Ukraine Is Not A Victim”, 03/03/2022

Lire la traduction francophone de l’article sur La Cause du Peuple, 13/03/2022

Ukraine et Covidisme : quand Big Pharma utilise les citoyens ukrainiens comme des rats de laboratoire

Des citoyens ukrainiens désespérés sont utilisés comme rats de laboratoire par des sociétés pharmaceutiques américaines, mais vous ne l’entendrez pas de la bouche des médias. Ces dernières années, l’Ukraine est devenue un terrain d’essai pour les sociétés pharmaceutiques américaines. Et maintenant, Big Pharma teste des pilules anti COVID sur des Ukrainiens !

La pandémie de COVID-19 qui a balayé ce pays n’a fait qu’accroître l’ampleur de ces expériences médicales. Depuis le 12 juillet 2021, deux médicaments COVID – 19 sont devenus disponibles pour être testés sur des Ukrainiens. Il s’agit de AZ-NICL-COV-1 et de ADG20-TRMT-001, cependant, il est difficile de comprendre par les codes quelles firmes occidentales spécifiques ont commandé ces tests, les informations sur les risques possibles ne sont pas non plus reflétées dans les sources ouvertes.

Jeffrey Blum, dcweekly.org, fin 2021

Lire la traduction française de l’article sur Strategika, 15 mars 2022

Lancement de l’application de contrôle numérique social en Ukraine

L’Ukraine vient d’annoncer qu’elle devient le premier pays à implémenter le système de crédit social, chère à la Grande Réinitialisation du FEM, en mettant en place leur application pour téléphone, regroupant revenu universel (pour personnes injectées aux ARNm uniquement), identité numérique, passeport “vaccinal” et à peu près toute votre vie. Donc pas de crédit social = pas d’indemnité.

L’application du gouvernement Ukrainien regroupe :

  • carte d’identité
  • passeport biométrique
  • carte de contribuable
  • tous permis
  • immatriculations
  • polices d’assurance
  • cartes d’étudiant
  • certificats de réinstallation
  • actes de naissance des enfants
  • certificats COVID19

Elle sert aussi à :

  • payer les amendes
  • payer les dettes
  • payer les impôts
  • faire les déclarations
  • demander des renouvellements de papiers
  • payer les prestations administratives
  • recevoir ses remboursements & indemnités

Src : fil Telegram d’Invaccinable, 16 mars 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.