Les vaccins protègent de la contamination : FAUX. Les vaccins protègent des formes graves : FAUX. Les vaccins protègent de la mort : FAUX ! Voici les statistiques anglaises du mois de février…

Les hospitalisations et les décès restent obstinément élevés et surviennent majoritairement chez les personnes vaccinées. En février, 90 % des 1 000 Britanniques qui mouraient chaque semaine de Covid étaient vaccinés.

Les nouvelles infections sont non seulement beaucoup plus élevées qu’elles ne l’étaient avant l’émergence de la variante Omicron, mais elles augmentent à nouveau après une brève chute en février. Et même les rappels semblent n’offrir aucune protection contre les hospitalisations chez les jeunes.

Les données britanniques sont cruciales à la fois parce que la Grande-Bretagne a vacciné et renforcé tôt et parce que ses ensembles de données sont beaucoup plus complets et moins politisés que ceux des États-Unis.

Jour après jour, semaine après semaine, les chiffres deviennent de plus en plus inquiétants. Ils laissent entendre que les injections d’ARNm et d’ADN peuvent avoir ralenti, voire complètement arrêté, la progression naturelle vers l’immunité collective qui s’est produite lors d’épidémies de virus respiratoires antérieures.

Source : https://alexberenson.substack.com/p/urgent-covid-infections-in-britain/comments?s=r

Src : fil Telegram de Silvano Trotta, 9 mars 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.